Vladimir Jankélévitch


Biographie Retour à la page principale



Vladimir Jankélévitch naît à Bourges en 1903. Il est le fils du Dr Samuel Jankélévitch, à qui l'on doit des traductions françaises de Hegel, Simmel, Schelling et Freud. Il fut d'ailleurs le premier à traduire l'Introduction à la psychanalyse ainsi qu'une dizaine d'autres ouvrages de Freud, avec lequel il entretenait une correspondance. Vladimir ne manifesta jamais grand intérêt pour la psychanalyse.

Sa famille s'installant à Paris, il étudie au lycée Montaigne, puis à Louis le Grand. Un professeur de lycée l'oriente vers la philosophie. Il entre en 1922 à l'Ecole normale supérieure où il fait la connaissance de Louis Beauduc avec lequel il entretient une correspondance entre 1923 et 1980, date du décès de Beauduc. La première lettre se termine sur ces mots: "Ne l'oublie pas, nous écrivons pour la postérité, et nos futurs éditeurs réserveront sans doute pour le dernier volume de nos oeuvres philosophiques (comme on l'a fait pour Descartes, Kant, etc.) la Correspondance de MM. V. Jankélévitch et L. Beauduc". C'est chose faite aujourd'hui, dans "Une vie en toutes lettres". Il obtient l'agrégation en 1926, reçu premier et Beauduc deuxième. Brunschvicg le pousse vers Simmel et Bergson, qu'il rencontre pour la première fois en 1923, et auquel il consacre plusieurs articles ainsi qu'un ouvrage: "Bergson", publié en 1931 et préfacé par Bergson lui-même, fait plutôt rare. Chaque texte de Jankélévitch fait l'objet d'un échange approfondi entre les deux hommes qui entament également une correspondance, inédite à ce jour.

Sa thèse intitulée "L'Odyssée de la conscience dans la dernière philosophie de Schelling" soutenue en 1933 est moins annonciatrice de sa pensée que la thèse annexe: "Valeur et signification de la mauvaise conscience". La conception de l'éthique que ce texte propose annonce celle du "Traité des Vertus".

En 1927, Jankélévitch quitte Paris pour Prague où il est professeur à l'Institut français. De retour en France en 1933, il enseigne successivement à Caen, à Lyon et dans les facultés de Besançon, Toulouse et Lille. Mobilisé en 1939, il est blessé à Mantes en 1940, puis révoqué par le régime de Vichy, puisqu'il n'est pas français à titre originaire. Ses parents russes l'avaient naturalisé à l'âge d'un an. Il se réfugie à Toulouse avec sa famille, menant de front la Résistance ainsi que des activités philosophiques, enseignant dans les cafés. Durant cette période noire, il publie grâce au concours d'anciens étudiants de Lyon "Le Malentendu", "Le Mensonge", "Le Nocturne", textes empreints de cette vie souterraine.

La guerre marqua profondément Vladimir Jankélévitch, à plusieurs niveaux. Sa vie privée, tout d'abord, ainsi qu'il le confie: "La guerre a coupé ma vie en deux. Il ne me reste rien de mon existence d'avant 1940, pas un livre, pas une photo, pas une lettre", son appartement ayant fait l'objet de pillages. Jeune universitaire brillant avant-guerre, il est pour un temps écarté de l'enseignement. Plus encore, l'horreur des crimes nazis aura des conséquences sur sa vie intellectuelle: "J'ai répudié à peu près toute la culture allemande, j'ai oublié la langue allemande. Je sais bien que c'est le côté passionnel de mon existence. Mais quelque chose d'innommable s'est passé, qui m'a concerné dans mes racines. C'est un hasard si je n'ai pas été anéanti". "Le Pardon" sera lui aussi marqué par ces années d'horreur. Sa volonté de ne pas renouer avec l'Allemagne lui vaut une progressive exclusion du monde littéraire. Il vit dans la méconnaissance, thème analysé dans le second tome du "Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien". "Je vois de moins en moins mes collègues philosophes des facultés et des lycées. Je me sens de plus en plus loin d'eux ainsi que d'ailleurs des étudiants. Maintenant il n'y a plus de place en France que pour les troupeaux: marxistes, catholiques, existentialistes. Et je ne suis d'aucune paroisse" . Relevons encore ce passage à propos de la parution de La Mort, témoignant de l'ignorance dont Jankélévitch est l'objet: "Quant au service de presse, Flammarion l'a fait lui-même, et, je crois, assez chichement. Il y a tant de revues qui n'ont jamais rendu compte d'aucun de mes livres, à aucun moment ni sous aucune forme, ni même jamais prononcé mon nom (Esprit, Les Temps Modernes, NRF), tant de gens qui ignorent mon existence (Lacroix p. ex.) que je ne puis entièrement désapprouver Flammarion".

Le "Traité des Vertus", publié en 1949 et dont la rédaction s'étala entre le milieu des années 30 et 1946, demeure selon Françoise Schwab, l'ouvrage de référence. Elle a suivi les cours de philosophe, fut proche de sa famille et a établi l'édition de plusieurs de ses ouvrages. "Aux confluents du néoplatonisme, de la mystique des Pères de l'Eglise, du pur amour fénelonien, de la bonne volonté kantienne et de la pureté du coeur kierkegaardienne jaillit cette éthique de la volonté agissante", dit-elle du "Traité".

Il se marie en 1947 à Alger; sa fille Sophie naîtra en 1953. Sa correspondance fait pourtant état d'un premier mariage, qui a duré quelques mois seulement.

En 1954 paraît son seul ouvrage de métaphysique: "Philosophie première: introduction à une philosophie du presque". C'est cet ouvrage que Jerphagnon placerait au centre de l'oeuvre, plutôt que le "Traité des Vertus".

Titulaire de la chaire de philosophie morale à la Sorbonne de 1951 à 1978, Jankélévitch se partage entre trois activités pour lui inséparables: la philosophie exprimée dans ses cours et ses ouvrages, la musique en tant que musicologue et musicien, et enfin l'engagement quotidien. Dénonçant ceux qui se contentent de conjuguer le verbe "s'engager", il n'hésite pas à devenir membre de la Résistance, maintient envers et contre tout après la guerre le souvenir des victimes du nazisme, se place du côté des étudiants en Mai 68 ("Je vis depuis huit mois parmi les étudiants, passant mon temps dans leurs commissions, leurs Assemblées générales, les écoutant, tâchant de les comprendre, renié par mes collègues qui m'accusent de démagogie"), prend position contre l'euthanasie, exige le maintien de la philosophie dans l'enseignement secondaire français.

Pour quelqu'un qui ne se proclame pas écrivain, il a tout de même produit plus d'une vingtaine d'ouvrages philosophiques, auxquels il faut ajouter dix livres traitant de musique.

La maladie emporte Vladimir Jankélévitch en 1985, à l'âge de 82 ans.
Bibliographie Retour à la page principale



Nous présentons la bibliographie de Jankélévitch en trois parties:


Philosophie

1931 Henri Bergson, Paris, Alcan
1933 L'Odyssée de la conscience dans la dernière philosophie de Schelling, Paris, Alcan.
Valeur et siginification de la mauvaise conscience, Paris, Alcan; rééd. 1966, La Mauvaise conscience, Paris, Aubier-Montaigne
1936 L'ironie ou la bonne conscience, Paris, Alcan; rééd. 1964, L'Ironie, Paris, Flammarion
1938 L'Alternative, Paris, Alcan; rééd. 1963
1942 Du mensonge, Lyon, Confluences; 2e éd. 1945; rééd. 1972 in Traité des vertus, Paris, Bordas, chap. IX
1947 Le Mal, Cahiers du Collège philosophique, Paris, Arthaud
1949 Traité des vertus, Paris, Bordas
1954 Philosophie première: introduction à une philosophie du Presque, Paris, PUF
1956 L'Austérité et la Vie morale, Paris, Flammarion
1957 Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, Paris, PUF
1960 Le Pur, et l'impur, Paris, Flammarion
1963 L'Aventure, l'Ennui et le Sérieux, Paris, Aubier-Montaigne
1966 La Mort, Paris, Flammarion
1967 Le Pardon, Paris, Aubier-Montaigne
1968 Traité des vertus, rééd. complète; tome I: Le sérieux de l'intention, Paris, Bordas
1970 Traité des vertus, rééd. complète; tome II: Les Vertus et l'Amour, Paris, Bordas
1971 Pardonner?, Paris, Le Pavillon, Roger Maria; rééd. 1986, L'imprescriptible, Paris, Le Seuil
1972 Traité des vertus, rééd. complète; tome III: L'Innocence et la méchanceté, Paris, Bordas
1974 L'Irréversible et la nostalgie, Paris, Flammarion
1978 Quelque part dans l'inachevé, en collaboration avec Béatrice Berlowitz, Paris, Gallimard
1980 Le Je-ne-sais-quoi et le presque rien, nouvelle édition remaniée; tome I: La Manière et l'Occasion; tome II: La méconnaissance. Le Malentendu; tome III: La Volonté de vouloir, Paris, Le Seuil
1981 Le Paradoxe de la morale, Paris, Le Seuil
1984 Sources. 1. Lectures: Tolstoï, Rachmaninov; 2. Ressembler, dissembler; 3. Hommages: Xavier Léon, Léon Brunschvicg, Jean Wahl. Recueil établi par Françoise Schwab, Paris, Le Seuil.


Publications posthumes

1986 L'imprescriptible: Pardonner? Dans l'honneur et la dignité, Paris, Le Seuil.
1994 Premières et Dernières Pages. Recueil établi par Françoise Schwab, Paris, Le Seuil.
1995 Penser la mort? Entretiens. Recueil établi par Françoise Schwab, Paris, Liana Levi.


Musique

1938 Gabriel Fauré et ses mélodies, Paris, Plon; rééd. 1974, Fauré et l'inexprimable, Paris, Plon
1939 Ravel, Paris, Rieder; rééd. 1995, Paris, Le Seuil
1942 Le Nocturne, Lyon, Marius Audin; rééd. 1957, Paris, Albin Michel; rééd. 1988, La Musique et les Heuress, Paris, Le Seuil, chap. III
1949 Debussy et le mystère, Neuchâtel, La Baconnière; rééd. 1968, La Vie et la Mort dans la musique de Debussy, Neuchâtel, La Baconnière; rééd. 1976, Debussy et le mystère de l'instant, Paris, Plon, tome II: De la musique au silence
1955 La Rhapsodie verve et l'improvisation musicale, Paris, Flammarion
1961 La Musique et l'Ineffable, Paris, Armand Colin; rééd. 1983, Paris, Le Seuil
1968 La Vie et la Mort dans la musique de Debussy, Neuchâtel, La Baconnière
1974 Fauré et l'inexprimable; tome I: De la musique au silence, Paris, Plon
1979 Liszt et la rhapsodie: essai sur la virtuosité; tome III: De la musique au silence, Paris, Plon
1983 La Présence lointaine, Albeniz, Séverac, Mompou, Paris, Le Seuil
1988 La Musique et les Heures: Satie et le matin, Rimski-Korsakov et le plein midi, Joie et Tristesse dans la musique russe d'aujourd'hui, Chopin et la nuit, Le Nocturne. Recueil établi par F. Schwab, Paris, Le Seuil.
Le pardon Retour à la page principale



Je reproduis ici le plan de mon mémoire de fin d'études, présenté à l'Université de Liège en 1992, sous la direction de MM. les professeurs André MOTTE, Christian RUTTEN et Christian DUPUIS (UCL).

Ce mémoire est disponible via ce formulaire ou à l'UD de Philosophie.


Introduction

Le pardon est un cas-limite: "il est bien possible qu'un pardon pur de toute arrière-pensée n'ait jamais été accordé ici-bas". Il est un devoir, tout en étant à notre portée. Pourtant, notre pouvoir est en fait limité, mais nous devons l'ignorer (refus de l'optique du témoin et de la complaisance).

Le pardon est lié à l'instant.

1. Temporalité, intellection, liquidation.
Le pardon pur se soustrait à l'analyse, au contraire du pardon relatif: "plus le pardon est impur et opaque, plus il se prête à la description". Ceci nous mène une philosophie apophatique (négative) du pardon.
Le vrai pardon n'est ni l'usure par le temps, ni l'excuse intellective, ni la liquidation, même si ces trois procédés peuvent tenir lieu de pardon: il leur manquera l'intention.

2. L'événement, la grâce et le rapport avec l'autre. De la clémence.
Trois caractéristiques essentielles du pardon: événement daté, don gracieux, rapport personnel.
La clémence, qui n'implique pas d'événement déterminé ni une véritable relation, minimise (jusqu'à la faire disparaître) l'injure, et rend de ce fait le pardon inutile.
L'événement disparaît également dans l'usure temporelle et l'intellection.
Le cadeau implique les deux premières conditions: il peut donc être considéré comme plus essentiel. Le pardon est donc bien un don ("La pardon est en creux ce que le don est en relief"), et non un droit. Il est pour la loi "un principe de mobilité et de fluidité". Sa matière est "la faute inexpiée ou la tranche inexpiée de la faute".
Ce n'est pas à la justice de pardonner, puisqu'elle fonctionne sur le principe du donnant-donnant, mais à l'offensé.

3. L'offense et le péché.
Il existe deux formes de pardon: psychologique et morale, selon qu'il s'agit d'offenses (je suis visé) ou de péchés (les valeurs sont visées).

I. L'usure temporelle

Le temps fait que tout se modifie: le fleuve, mais aussi l'homme qui s'y baigne. La pardon confirme la dimension naturelle du devenir. (Pourtant, Jankélévitch n'en appelle-t-il pas ailleurs à la surnaturalité de la morale?)

1. Revenir, c'est encore advenir. Le devenir est toujours à l'endroit.
Le devenir est avant tout futurition et secondairement prétérition: il pose un futur et dépose un passé. Ces deux aspects sont bien loin de se neutraliser. Si c'était le cas, le devenir s'immobiliserait au point mort.
La rancune n'est pas un souvenir comme les autres, car elle refuse l'évolution: "L'agressive rancune résiste au devenir; et le pardon, au contraire, le favorise en le débarrassant des impedimenta qui l'alourdissent". Notons également le fait de la réciprocité: "La pardon aide le devenir à devenir, mais le devenir aide le pardon à pardonner".
Toutefois, la rancune, régressive, n'est finalement qu'une progression retardée, car on ne peut arrêter le devenir. "Tôt ou tard, le temps aura le dernier mot". Dès lors, il vaut mieux assumer plutôt que subir.

2. L'oubli
Le refus du pardon enlise l'offenseur dans sa faute, identifie le premier avec la seconde. La rancune est un anachronisme.

3. L'usure
L'oubli n'est pas brutal, mais progressif: "La futurition ralentie a donc pour résultante l'usure progressive des souvenirs". Cette progression n'est pourtant pas régulière: l'oubli n'est pas proportionnel à l'ancienneté du souvenir ou à la longueur de l'intervalle écoulé. Il y a des subites poussées de ressentiment. On parle donc d'usure par métaphore.

4. L'intégration
Le passé ne disparaît pas à proprement parler: il est intégré. La personne est à chaque instant une totalité. "Le pardon ressemblerait ainsi à la médiation qui intègre l'antithèse dans une synthèse supérieure". La médiation s'accomplit dans le temps car "le temps est la dimension naturelle de la médiation". Le pardon prend du temps.

5. Ni la futurition, ni l'usure, ni la synthèse ne remplacent le pardon
Futurition: elle n'est qu'un aspect de la temporalité. Il faut tenir compte de la mémoire, essentielle à la conscience. Usure: elle n'est pas une raison de pardonner. Plus que le temps, c'est la mort qui aura raison de tout. Le pardon trouve-t-il sa justification dans la mort et dans la finitude? Il s'agit plus d'amnésie que d'amnistie!
Synthèse: digérer n'est pas pardonner. Exploiter les offenses n'est pas une marque de générosité mais d'égoïsme. La synthèse peut être considérée comme un appauvrissement, un ensemble de concessions. "Ce pardon-là est bien trop complexe, et il a bien trop d'arrière-pensées pour être un pardon simple et pur". En d'autres termes, il y manque le coeur, la joie.

6. Le temps continu escamote la conversion définitive, le don gratuit, le rapport à autrui.
La prescription impose un délai qui accélère l'action de la temporalité: le presque-rien se réduira au rien plus rapidement. Dès lors, pourquoi pas pardonner tout de suite? "Le pardon fait en une fois et en un clin d'oeil ce que le temps nu mettrait des années à accomplir et, sans doute, à laisser inachevé". Le temps n'a pas d'intention. Le pardon est gratuit, et n'a pas besoin de délais légaux pour être accordé.
L'oubli rompt la relation avec l'offenseur.

7. Le temps nu n'a pas de signification morale
"Nous faisions donc fausse route lorsque nous cherchions dans la temporalité la justification du pardon" car "le temps, dans la vie morale, importe moins que la façon de passer ou d'occuper le temps". De plus, le temps rempli par l'expiation rend le pardon inutile. La prescription est la rémission indolore, alors que la douleur est purifiante.

8. La temporalité ne peut nihiliser le fait d'avoir fait
Le pardon est de l'ordre de la valeur, c'est-à-dire qu'il vaut indépendamment de toute chronologie. Jankélévitch distingue l'offense personnelle et la faute morale. La première porte atteinte à l'amour-propre et à l'intérêt propre. Le péché est quant à lui un attentat manqué contre les valeurs, car elles sont intemporelles et indestructibles, inattaquables. Dans le second cas, deux solutions s'offrent alors à nous: soit il n'y a rien à pardonner, soit le crime est impardonnable.
La mauvaise intention est inexpiable, même si elle devient bonne par la suite.
Si le temps neutralise peu à peu les effets de la faute, il ne peut anéantir le fait de la faute (le "fait-d'avoir-fait"). C'est la raison pour laquelle toute faute est théoriquement imprescriptible. Le pardon n'est pas une synthèse: "Pour réconcilier les contraires, il suffit d'une synthèse habilement médiatisée, d'un savant compromis ou d'une bonne mixture; mais pour unifier les contradictoires il faut un miracle… Nous aurons à rechercher si le pardon n'est pas justement ce soudain miracle, cette miraculeuse coïncidence de la position et de la négation". "L'attentat contre l'hominité de l'homme a quelque chose d'inexpiable où la quoddité se montre à nu". "La prescription d'un crime colossal est la monstrueuse caricature de la prescription courante et en fait éclater l'absurdité".
"Un crime contre l'humanité n'est pas mon affaire personnelle. Pardonner, ici, ne serait pas renoncer à ses droits, mais trahir le droit".

9. Ne pas ratifier la naturalité de la désaffection
Le pardon n'est pas naturel, à l'instar de tous les devoirs d'ailleurs. Il change pourtant de sens selon qu'il s'agit d'offense personnelle ou de faute: "Quand la rancune est une simple hargne et une obstination toute négative, le pardon est un devoir de charité; mais quand la soi-disant `rancune' est en réalité une fidélité inébranlable aux valeurs et aux martyrs, c'est le pardon qui est une trahison".
L'oubli aura le dernier mot, mais il faut se garder de le précipiter. "La rancune est la condition bizarrement contradictoire du pardon; et inversement l'oubli le rend inutile".

II. L'excuse: comprendre c'est pardonner

L'intellection est plus active et plus philosophique que le temps. Il s'agit d'une véritable prise de position, qui nie la méchanceté du méchant.

1. Il n'y a pas de volonté du mal
Il s'agira pour l'intellectualiste de poser le néant du mal et du péché, et ainsi l'inutilité du pardon. Néanmoins, nier que la volonté puisse être mauvaise, n'est-ce pas du même coup nier qu'elle puisse être bonne? Rancune et pardon disparaissent aussi lorsque la volonté disparaît.

2. L'excuse n'est ni un événement, ni un rapport avec autrui, ni un don gratuit
L'effort d'intellection prend lui aussi du temps, alors que le pardon naît dans l'instant. La vérité indolore prend la place du pardon qui exige le sacrifice. La clémence proclame que l'affront ne saurait l'atteindre.
Le pardon ne se déduit pas de la connaissance; il n'est pas automatique.

3. L'excuse totale: comprendre, c'est pardonner
Pourtant, "la vérité que l'intellection veut rétablir est celle d'un monde amical où l'homme cessera de maudire son frère et vivra dans la paix de l'esprit et du coeur". En cela, l'intellection implique un effort et un lien avec l'avenir.

4. L'excuse partitive: l'ambiguïté des intentions et le coupable-innocent
L'excuse totale, nihilisant le péché en général, est conforme au pardon, si ce n'est qu'elle n'agit pas pour les mêmes raisons: elle a précisément des raisons, alors que le pardon n'en a pas. L'excuse partitive introduit des degrés de culpabilité, considérant que toute intention est complexe. On peut hésiter entre le péché d'ignorance (menant à l'excuse) et celui de malveillance (menant à l'alternative de la condamnation ou du pardon).
Le coupable-innocent est à la fois coupable et innocent.

5. L'indulgence: plus bêtes que méchants. Plus méchants que bêtes
L'excuse tombe dans la tentation de traiter l'équivoque comme l'univoque: "Le coupable-innocent est […] coupable assurément dans ses actes, mais innocent dans ses intentions".
L'intellection morale comporte trois formes: on parlera de l'innocent plus bête que méchant, de pur méchant ou de coupable plus méchant que bête.
Comprendre n'est pas pardonner car "rien ne dit que plus on est lucide sur le compte du fautif, plus on doive être indulgent pour la faute". A côté des circonstances atténuantes, il y a les circonstances aggravantes.
"Entre l'indulgence et la rigueur il y a le pardon, selon lequel les hommes sont encore plus malheureux que méchants". Le pardon accuse pour absoudre.

6. La profondeur moyenne: les circonstances atténuantes
L'indulgence a trait aux degrés de culpabilité, autrement dit au "comment" de la faute et non à sa quoddité. De plus, elle refuse d'identifier l'agent avec un des actes qu'il a posés.
Le pardon n'est pas en quête de circonstances atténuantes, mais accuse pour pardonner.

7. Excuser, c'est pardonner: l'adhésion vécue
L'indulgence qui excuse en comprenant est une espèce de pardon. L'ego est intéressé à ne pas comprendre le coupable. La véritable indulgence nécessite une adhésion active à la compréhension: l'option doit devenir adoption.

8. Excuser, c'est pardonner: l'ouverture à autrui
L'intellection a besoin de l'amour car "l'amant, et lui seul, possède la gnose intime et pénétrante de sa deuxième personne". A présent, on peut dire que pardonner, c'est comprendre. Quant à "Comprendre, c'est pardonner", il faut dire que la "compréhension nous prépare quelquefois à aimer et à pardonner". "L'amour, à force d'aimer, finit par comprendre et la compréhension, à force de comprendre, finit par aimer" (causalité circulaire). "L'indulgent pardonne à force d'excuser".
Philautie     1ère personne
Désintéressement - indulgence     3ème personne
Amour - pardon     Relation 1ère-2ème personnes.

9. Comprendre, ce n'est qu'excuser. De l'inexcusable
"On est tenté de conclure: excuser c'est pardonner; précisons pourtant que si l'excuse conduit au pardon, c'est sans doute `à plus forte raison' et moyennant l'adjonction d'une énergie supplémentaire".
Comprendre, ce n'est pas nécessairement pardonner mais c'est en tout cas excuser. Quant à l'inexcusable, ce sera au pardon de s'en charger, "car l'inexcusable peut être pardonnable, bien qu'il ne soit pas excusable". Tout est donc pardonnable … hormis l'impardonnable, s'il existe ("crime métempiriquement impossible à pardonner"). Excuser l'excusable, ce n'est que justice, comme aimer l'aimable. Le pardon, au contraire, instaure une ère nouvelle.

10. Le bon-débarras
La liquidation générale est un pardon sans sacrifice. On retrouve dans le passage à la limite deux des caractères essentiels du pardon: la gratuité et la soudaineté. Il manque le rapport avec l'autre. On peut même critiquer la prétendue gratuité: il s'agit peut-être seulement d'égoïsme. En d'autres termes, la liquidation ne s'opère pas par amour pour autrui. Jankélévitch refuse totalement ce succédané: "S'il n'y a pas d'autre manière de pardonner que le bon-débarras, alors plutôt le ressentiment! Car c'est le ressentiment qui impliquerait ici le sérieux et la profondeur: dans le ressentiment, du moins, le coeur est engagé, et c'est pourquoi il prélude au pardon cordial".

III. Le pardon fou: "Acumen veniae"

Le pardon est le recours ultime. Il est pourtant une folie, comme la foi. Les raisons de pardonner ressortissent en fait à l'excuse.

1. Le pardon impur
On peut distinguer trois cas au sein du vrai pardon:

a. Un pardon dans lequel s'insère une minuscule spéculation

Ce pardon agit ainsi en espérant que l'avenir lui donnera raison: "Peut-être quelque excuse encore insoupçonnée rendra-t-elle un jour le pardon superflu". Ce pardon peut se cacher à lui-même la vérité (la faute est inexcusable). Cela nous éloigne de la liberté et du pardon.

b. Un pardon mêlé d'espoir

Cet espoir est celui "d'améliorer le criminel par l'effet même de sa gratitude envers celui qui l'a gracié". On se trouve donc en présence d'une volonté transformatrice. Ce qui empêche ce pardon d'être pur (bien qu'il soit plus pur que le pardon spéculatif envisagé précédemment), c'est de pardonner pour purifier. Jankélévitch dit pourtant "qu'il n'y a pas de mal à cela". Néanmoins, ce pardon devient ainsi un moyen et espère bien être payé de retour.

c. Cas hybrides où l'excuse se mêle au pardon

Or, "le pardon cesse d'être le pardon pour peu qu'un milligramme de motivation raisonnable vienne à le justifier". Notons pourtant que "le pardon impulsif se donne-lui même après-coup une étiologie explicative et de raisonnables motifs d'indulgence".

2. La conscience du pardon et le discours sur le pardon
"Le pardon pur est un événement qui n'est peut-être jamais arrivé dans l'histoire de l'homme". de plus, il est très difficile d'échapper au piège de la complaisance. La conscience louche sur le passé (hagiographie) et sur l'avenir (effets). Quoi qu'il en soit, le pardon reste, comme chez Kant, un idéal normatif. L'homme peut toutefois effleurer le pardon pur le temps d'un instant".
Le pardon semble échapper au discours: il n'y a pas de raisons d'absoudre. "On ne peut vraiment discourir sur le pardon qu'en parlant d'autre chose".

3. Venia pura: le pardon-limite
Le pardon renonce à la justice. Il n'espère pas l'amélioration du pécheur; attention toutefois: il ne s'agit pas ici de désespoir.
La prétention à l'efficacité semble bien étrangère au pardon: elle est "la cause la plus courante de l'échec; tandis que l'acceptation innocente de l'échec rend seules efficaces le pardon et le remords". Alors que le remords est un soliloque, le pardon est un dialogue.

4. Secondarité du pardon: pitié, gratitude, repentir
Le pardon se trouve apparemment dans une position secondaire: il suit la faute qu'il pardonne. "Le pardon n'est pourtant pas le don absolument gratuit, puisqu'il faut avoir commis des fautes pour le mériter". Il se situe donc en-dessous de l'amour, qui vise directement la personne, sans passer par l'acte singulier.

5. L'organe-obstacle. Don et pardon
"Le péché, après tout, est peut-être la forme sous laquelle nous découvrons l'autre".
La secondarité n'est pas synonyme de facilité: elle "rend le pardon plus méritoire en un sens et plus difficile que l'amour". De plus, "le pardon fait avec son péché un contraste plus saisissant que l'amour avec son haïssable".
Le pardon est un don négatif (datio sans donum), mais il est pourtant plus que le don: un don total, de soi-même, et non d'une de ses possessions.
La joie naît dans le passage du non-pardon au pardon.

6. Parce qu'innocent, bien que coupable, parce que coupable. Le pardon gratuit
"Le péché est la matière du pardon, mais il n'en est pas la `cause'". Il causerait bien plutôt la rancune...
Plutôt que de pardonner parce-que, le pardon pardonne bien que.
Pourtant, le pardon ne pardonne pas malgré. La rancune est paradoxalement la condition du pardon.
En définitive, l'offensé pardonne à l'offenseur parce qu'il est coupable.
Néanmoins, le pardon se situe au-delà du quia (parce que) et du quamvis (bien que), comme la foi et l'amour. Ils sont étrangers au parce-que normal et au parce-que cynique ("Le pardon transcende toute causalité"), sans quoi on aboutit à l'inversion ou à la perversion.
L'amour dissymétrique prouve le désintéressement de l'amant. Le pardon rend en convertissant ce qu'il reçoit. Il a besoin de la faute, mais "cela ne signifie nullement que le pardon ait une prédilection expresse pour la faute". Par-delà la faute, le pardon s'adresse au fautif. Le pardon n'aime pas la méchanceté du méchant, mais le méchant lui-même.
"Mon amour s'adresse à la pure hominité de l'homme et à l'ipséité nue de sa personne en général".
On pardonne au fautif à cause de sa faute, et on l'aime malgré cette faute.

7. Ni malgré ni parce-que. A la fois parce-que et malgré
Le régime naturel du pardon est celui de l'organe-obstacle. Bien loin de pardonner un innocent, le pardon donné transforme le coupable en innocent. On ne retrouve pas dans le pardon la cristallisation, commune à la foi et à l'amour.

8. Une fin qui est un événement, un rapport avec le fautif, une totale et définitive rémission
Le pardon est "un élan centrifuge et spontané".
"La folie du pardon [...] résout les rapports gelés de l'homme et du mal". La condition fondamentale du pardon est l'absence de toute réserve. Il est une "intention de paix perpétuelle". Il est capable d'instaurer un ordre nouveau.
L'impardonnable: plus malheureux que méchants, plus méchants que malheureux
En principe, "il y a un inexcusable, mais il n'y a pas d'impardonnable". Le pardon est tout-puissant.
MAIS: le pardon est dénué de sens quand manque une condition: "la détresse et l'insomnie et la déréliction du fautif", en bref: le remords. Le coupable doit se reconnaître comme tel. Le pardon refuse l'orgueil; l'offensé se met au niveau de l'offenseur en se reconnaissant lui-même pécheur.
Il faut pardonner, mais sans être indifférent aux crimes contre l'humanité. On se trouve ici face à deux absolus. Les solutions: hésitation perpétuelle (rien), pardon, vengeance (résistance).
Votre demande a été enregistrée. Vous recevrez prochainement le document par e-mail.

Retour
Téléchargement Retour à la page principale



Pour télécharger une version PDF du mémoire intitulé "Le pardon chez Vladimir Jankélévitch", veuillez tout d'abord compléter le formulaire suivant:

Nom
Adresse e-mail
Votre fonction (professeur, étudiant, etc.)
Quel est le contexte de votre demande?
\n"; mail($toaddress, $subject, $message, $headers); ?> Le message a été envoyé.

Retour
Contact Retour à la page principale



Nom
Adresse e-mail
Votre message



Vladimir Jankélévitch


Biographie

Bibliographie

Le pardon chez Vladimir Jankélévitch
(mémoire de fin d'études)

Contact



Ce site est hébergé par Philo.be.
Dernière mise à jour: 03/08/2004.
L'illustration est tirée de "Une vie en toutes lettres", 1995.